Les Valeurs

Comme indiqué plus haut, c’est une tâche ardue que de définir la Justice restaurative (JR) en raison du fait qu’il existe tant de définitions différentes. Ainsi, il y a des tentatives de définir la JR sur la base d’éléments communs qui constituent son socle de base.

Les valeurs de base de la JR sont le respect, l’empathie, la participation, la responsabilisation, la responsabilité, la sécurité, la transformation, l’inclusion et la réintégration.

Certaines de ses valeurs de base, largement acceptées au sein de la RJ sont le respect, l’empathie, la participation, la responsabilisation, la responsabilité, la sécurité, la transformation, l’inclusion et la réintégration (Stuart, Pranis et Wedge, 2005). En conséquence, la JR peut être vue comme une philosophe de vie car ses défenseurs sont appelés à « marcher selon leur parole » ou, en d’autres termes, à vivre en accord avec leurs valeurs déclarées et à « être le changement (qu’ils) souhaitent voir dans le monde » (Mahatma Ghandi). Les valeurs issues des droits humains sont également fondamentales dans la philosophie et la pratique de la JR. Ce n’est par conséquent pas seulement la théorie mais en particulier tous les processus de JR qui doivent reposer sur ces valeurs fondamentales. Les valeurs spécifiques qui guident ces processus sont généralement définies et partagées par les acteurs impliqués dans tout processus particulier. Ces valeurs doivent promouvoir un climat « restauratif », où la guérison, le rétablissement et la réparation deviennent possible.
Les valeurs sont donc des éléments clé des processus car elles constituent le cadre essentiel de leur application et de leur évaluation. Toute théorie, tout programme, processus ou organisation devraient être évalués selon qu’ils respectent ou non ces valeurs « restauratives », qu’ils les mettent en pratique ou non et, dans l’affirmative, dans quelle mesure. Les relations entre les acteurs devraient également être gouvernées par ces valeurs, y compris les relations avec la police, les tribunaux, les services d’aide aux victimes et les prisons, de même que d’autres agences gouvernementales ou non-gouvernementales.