La Justice Restaurative

Il y a une multitude de définitions du concept de justice restaurative (JR). Pour certains, c’est un ensemble de principes ou théories, de programmes ou pratiques, pour d’autres, c’est une méthodologie spécifique. Malgré le fait qu’il n’y a pas de définition consensuelle, nous proposons l’idée que la JR est une philosophie plus qu’une pratique ou un programme.

« La JR est un type de justice qui met ses énergies dans l’avenir et non dans le passé. Elle se concentre sur ce qui a besoin d’être guéri, ce qui a besoin d’être réparé, ce qui doit être appris suite à la commission d’un crime. Elle regarde ce qui doit être renforcé afin que de tels faits ne se reproduisent pas. »

Dès lors, la justice restaurative devrait s’efforcer

  • De favoriser une pleine participation et un consensus
  • De guérir ce qui a été brisé
  • De rechercher une responsabilité pleine et entière
  • De réunir ce qui a été divisé
  • De renforcer la communauté pour prévenir de nouveaux dommages (Sharpe, 1998,p.7)

De même, Bazemore (2007, p.656) relève que, « bien qu’elle soit souvent prise à tort pour un modèle de programme ou de pratique, la justice restaurative doit être comprise plus précisément comme un cadre holistique pour une réforme de la justice criminelle et même, plus largement, comme une approche générale de la résolution informelle des conflits et de la guérison ».

Zehr (2004, p.268) offre une approche encore plus large en déclarant que la JR « est une sorte de système de valeurs cohérent, qui nous donne une vision du bon, comment nous voulons être ensemble…ce sont les valeurs qui semblent avoir une certaine universalité ».